( 14 octobre, 2009 )

Mes aquarelles et poèmes choisis (Les couleurs)

s6302783.jpg              

                         les Couleurs

Les couleurs c’est magiques      

Bleu et jaune et le vert apparait,                                               

Rouge et jaune l’orange domine,

Bleu, rouge et un peu de

noir,

Le violet est là,

Blanc et noir, le gris prend forme,

Rouge et blanc naisse le rose.

Le rose est la reine des fleurs

Et des couleurs.

Le tout fondue sur le papier,

Donne à l’imagination un coté irréel.

  

( 12 octobre, 2009 )

Mes aquarelles et poèmes choisis

  s63027651.jpgBonjour sur mon site. 

Je veux  partager avec vous mes peintures. Depuis quelques années, j’ai trouvé cette passion qu’est l’aquarelle. Je communique avec mes pinceaux. J’espère vous parler avec les couleurs.

 

                                                                                                                                                                                                                                                                              

                                                                                                                                

( 8 juillet, 2020 )

Mes aquarelles et poèmes choisis (Village en Touraine)

village en Touraine   

 

Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye,
Et s’est vestu de brouderie
De souleil luisant, cler et beau.
Il n’y a beste, ne oyseau,
Qu’en son jargon ne chante, ou crie :
Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye.

Riviere, fontaine et ruisseau,
Portent, en livrée jolie,
Goutes d’argent d’orfaverie,
Chascun s’abille de nouveau.
Le temps a laissié son manteau
De vent, de froidure et de pluye.

(Poésies de Charles d’Orléans par J. Marie Guichard, p. 423)

 

( 23 novembre, 2019 )

Mes aquarelles et poèmes choisis ( Maison au bord de la crique)

maison au bord de la crique

Évasion

 

Et je serai face à la mer
qui viendra baigner les galets.
Caresses d’eau, de vent et d’air.
Et de lumière. D’immensité.

Et en moi sera le désert.
N’y entrera que ciel léger.
Et je serai face à la mer
qui viendra battre les rochers.

Giflant. Cinglant. Usant la pierre.
Frappant. S’infiltrant. Déchaînée.
Et en moi sera le désert.
N’y entrera ciel tourmenté.

Et je serai face à la mer,
statue de chair et coeur de bois.
Et me ferai désert en moi.
Qu’importera l’heure. Sombre ou claire …

 

Esther Granek (1927-2016)
De la pensée aux mots

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé par
Poster un commentaire
( 26 octobre, 2019 )

(Mes aquarelles et poèmes choisis- Ile de Bréhat)

IMG_20191025_171733_1 (2)

Sonnet (Les algues…)

Renée Vivien

Les algues entr’ouvraient leurs âpres cassolettes
D’où montait une odeur de phosphore et de sel,
Et, jetant leurs reflets empourprés vers le ciel,
Semblaient, au fond des eaux, des lits de violettes.

La blancheur d’un essor palpitant de mouettes
Mêlait au frais nuage un frisson fraternel ;
Les vagues prolongeaient leur rêve et leur appel
Vers la tiédeur de l’air aux caresses muettes.

Les flots très purs brillaient d’un reflet de miroir…
La Sirène aux cheveux rouges comme le soir
Chantait la volupté d’une mort amoureuse.

Dans la nuit, sanglotait et s’agitait encor
Un soupir de la vie inquiète et fiévreuse…
Les étoiles pleuraient de longues larmes d’or.

Renée Vivien, Cendres et Poussières, 1902

 

 

( 14 février, 2019 )

mes aquarelles et poèmes choisis ( Les iris mauves)

IMG_20190205_172419

L’Iris

« L’iris au bord du rivage
Se reflétait dans l’étang,
Bel iris sauvage
Qui rêves au beau temps.
Iris mes beaux yeux
Tu parfumes les draps blancs,
Iris merveilleux,
Iris au bord de l’étang.«  

Robert Desnos, , 1944-1945

 

 

( 2 octobre, 2018 )

Mes aquarelles et poèmes choisis (Le chaton)

IMG_20181002_153846

 

A UN CHAT


Non moins furtif que l’aube aventurière,
Non moins silencieux que le miroir,
Tu passes et je pense apercevoir
Sous la lune équivoque une panthère.
Par quelque obscur et souverain décret
Nous te cherchons. Nous voulons, fauve étrange
Plus lointain qu’un couchant ou que le Gange,
Forcer ta solitude et ton secret.
Ton dos veut bien prolonger ma caresse;
Il est écrit dans ton éternité
Que s’accordent à ta frileuse paresse
Ma main et son amour inquiété,
Ton temps échappe à la mesure humaine.
Clos comme un rêve est ton domaine.

 

 

Mes aquarelles et poèmes choisis (Le chaton) chatnoirbckJOSE LUIS BORGES (1899-1986), écrivain, poète et essayiste argentin, a parfaitement saisi ce qui anime un humain qui aime un chat :

 

( 14 juillet, 2018 )

Mes aquarelles et pèmes choisis (Le voilier)

Le voilier

Le voilier

Je suis debout au bord de la plage ;

Un voilier passe dans la brise du matin

et part vers l’océan.

Il est la beauté et la vie.

Je le regarde jusqu’à ce qu’il disparaisse à l’horizon.

Quelqu’un à mon côté dit : « Il est parti »

Parti vers où ? Parti de mon regard c’est tout !

Son mât est toujours aussi haut,

Sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine.

Sa disparition totale de ma vue est en moi, pas en lui.

Et au moment où quelqu’un près de moi dit : « Il est parti »

Il y en a d’autres qui, le voyant poindre à l’horizon

et venir vers eux, s’exclament avec joie : « Le voilà »

William Blake

 

( 25 avril, 2018 )

Mes aquarelles et poèmes choisis (les hirondelles et le printemps)

les hirondelles et le printemps

les hirondelles et le printemps

 

 

Titre : L’hirondelle au printemps

Poète : Victor Hugo (1802-1885)

Recueil : Les contemplations (1856).

L’hirondelle au printemps cherche les vieilles tours,
Débris où n’est plus l’homme, où la vie est toujours ;
La fauvette en avril cherche, ô ma bien-aimée,
La forêt sombre et fraîche et l’épaisse ramée,
La mousse, et, dans les noeuds des branches, les doux toits
Qu’en se superposant font les feuilles des bois.
Ainsi fait l’oiseau. Nous, nous cherchons, dans la ville,
Le coin désert, l’abri solitaire et tranquille.
Le seuil qui n’a pas d’yeux obliques et méchants,
La rue où les volets sont fermés ; dans les champs,
Nous cherchons le sentier du pâtre et du poète ;
Dans les bois, la clairière inconnue et muette
Où le silence éteint les bruits lointains et sourds.
L’oiseau cache son nid, nous cachons nos amours.

( 6 mars, 2018 )

Mes aquarelles et poèmes choisis ( Les surfers)

Les surfers

 

Titre : Les vagues

Poète : Albert Mérat (1840-1909)

Recueil : Les souvenirs (1872).

Vous êtes la beauté. Vers, la pure Ionie
C’est de vous que naquit Vénus au temps des dieux,
Et vous avez formé son corps victorieux
De votre onde mobile à la lumière unie.

C’est vous, près des vaisseaux, qui faisiez l’harmonie
Des sirènes charmant les Grecs mélodieux,
Et reflétiez l’effroi des grands temples pieux
De Sunium aux bois sacrés de l’Ausonie.

Bien que l’âge ait passé des vieux mythes charmants
Et qu’au sein de vos flots soulevés ou dormants
La raison ait tué la chimère sacrée,

Au fond de votre abîme impénétrable et bleu,
L’âme malgré soi cherche et regarde attirée
Si dans cet autre ciel on ne verrait pas Dieu.

Albert Mérat.

Publié dans Non classé par
Poster un commentaire
( 3 janvier, 2018 )

Mes aquarelles et poèmes choisis (La fée)

Mes aquarelles et poèmes choisis

 

La fée

 

 

Viens, bel enfant ! Je suis la Fée.

Je règne aux bords où le soleil

Au sein de l’onde réchauffée

Se plonge, éclatant et vermeil.

Les peuples d’Occident m’adorent

Les vapeurs de leur ciel se dorent,

Lorsque je passe en les touchant;

Reine des ombres léthargiques,

Je bâtis mes palais magiques

Dans les nuages du couchant.

Mon aile bleue est diaphane;

L’essaim des Sylphes enchantés

Croit voir sur mon dos, quand je plane,

Frémir deux rayons argentés.

Ma main luit, rose et transparente;

Mon souffle est la brise odorante

Qui, le soir, erre dans les champs;

Ma chevelure est radieuse,

Et ma bouche mélodieuse

Mêle un sourire à tous ses chants.

J’ai des grottes de coquillages;

J’ai des tentes de rameaux verts;

C’est moi que bercent les feuillages,

Moi que berce le flot des mers.

Si tu me suis, ombre ingénue,

Je puis t’apprendre où va la nue,

Te montrer d’où viennent les eaux;

Viens, sois ma compagne nouvelle,

Si tu veux que je te révèle

Ce que dit la voix des oiseaux.

Victor Hugo.

( 12 septembre, 2017 )

Mes aquarelles et poèmes choisis (Le chateau de cros en Auvergne)

IMG_20170911_162120

Chanson pour l’Auvergnat
Elle est à toi cette chanson
Toi l’Auvergnat qui sans façon
M’as donné quatre bouts de bois
Quand dans ma vie il faisait froid
Toi qui m’as donné du feu quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
M’avaient fermé la porte au nez
Ce n’était rien qu’un feu de bois
Mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr’ d’un feu de joie Toi
l’Auvergnat quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au père éternel Elle est à toi cette chanson
Toi l’hôtesse qui sans façon
M’as donné quatre bouts de pain
Quand dans ma vie il faisait faim
Toi qui m’ouvris ta huche quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
S’amusaient à me voir jeûner
Ce n’était rien qu’un peu de pain
Mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr’ d’un grand festin Toi
l’hôtesse quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au père éternel Elle est à toi cette chanson
Toi l’étranger qui sans façon
D’un air malheureux m’as souri
Lorsque les gendarmes m’ont pris
Toi qui n’as pas applaudi quand
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionnés
Riaient de me voir emmener
Ce n’était rien qu’un peu de miel
Mais il m’avait chauffé le corps
Et dans mon âme il brûle encore
A la manièr’ d’un grand soleil

Toi l’étranger quand tu mourras
Quand le croqu’mort t’emportera
Qu’il te conduise à travers ciel
Au père éternel.

Georges Brassens
12345...15
Page Suivante »
|